• Accueil
  • Pianos Balleron
  • L'atelier
  • Sylvie Fouanon
  • L'équipe
  • L'histoire
  • Balleron Japon
  • EPV
  • Expertise Piano
  • Héritage
  • L'histoire du Piano à travers le temps
  • Les Grandes Manufactures de Pianos
  • Prestations
  • Accord du piano
  • Harmonisation
  • Réglage du piano
  • Restauration
  • Conservation
  • Ébénisterie
  • Expertise privée
  • Export
  • Devis
  • Pianos
  • Pianos restaurés
  • Pianos à vendre
  • Collection Balleron
  • Galerie
  • Actualités
  • Presse
  • Contact
  • Faq
  • Lexique
  • Piano Erard

    Les Grandes Marques

    Erard

    Paris, France

    Sébastien Érard était apprenti facteur de clavecin. Il construit son premier pianoforte en 1777. Le succès de ses pianos le fait devenir facteur du roi. Pour fuir la révolution, il ouvre un atelier de production à Londres en 1792 avec son frère et y produit des pianos en 1796. Les années suivantes, il invente le piano, et déposent de nombreux brevets d'inventions concernant son mécanisme ; ce système, incorrectement nommé échappement double en 1808, permet de rejouer une note sans attendre que la touche soit totalement remontée, permettant donc un jeu beaucoup plus rapide. Ce brevet est amélioré en 1822 et 1833 par Pierre Erard. Sébastien Erard invente aussi l'agrafe sur le cadre pour maintenir les cordes en 1808 et le pédalier du piano à queue en 1810. La marque connaît son apogée fin 19ème siècle. Au début du 20ème siècle, les pianos Érard connaissent une chute de succès. En 1960, la firme fusionne avec Gaveau pour fermer définitivement en 1965. Le nom commercial fut repris un temps en location par Schimmel.

    Erard

    Paris, France

    Sébastien Érard était apprenti facteur de clavecin. Il construit son premier pianoforte en 1777. Le succès de ses pianos le fait devenir facteur du roi. Pour fuir la révolution, il ouvre un atelier de production à Londres en 1792 avec son frère et y produit des pianos en 1796. Les années suivantes, il invente le piano, et déposent de nombreux brevets d'inventions concernant son mécanisme ; ce système, incorrectement nommé échappement double en 1808, permet de rejouer une note sans attendre que la touche soit totalement remontée, permettant donc un jeu beaucoup plus rapide. Ce brevet est amélioré en 1822 et 1833 par Pierre Erard. Sébastien Erard invente aussi l'agrafe sur le cadre pour maintenir les cordes en 1808 et le pédalier du piano à queue en 1810. La marque connaît son apogée fin 19ème siècle. Au début du 20ème siècle, les pianos Érard connaissent une chute de succès. En 1960, la firme fusionne avec Gaveau pour fermer définitivement en 1965. Le nom commercial fut repris un temps en location par Schimmel.