• Accueil
  • Pianos Balleron
  • L'atelier
  • Sylvie Fouanon
  • L'équipe
  • L'histoire
  • Balleron Japon
  • EPV
  • Expertise Piano
  • Héritage
  • L'histoire du Piano à travers le temps
  • Les Grandes Manufactures de Pianos
  • Prestations
  • Accord du piano
  • Harmonisation
  • Réglage du piano
  • Restauration
  • Conservation
  • Ébénisterie
  • Expertise privée
  • Export
  • Devis
  • Pianos
  • Pianos restaurés
  • Pianos à vendre
  • Collection Balleron
  • Galerie
  • Actualités
  • Presse
  • Contact
  • Faq
  • Lexique
  • Piano Pleyel Wolff Lyon

    Les Grandes Marques

    Pleyel

    France

    La manufacture de pianos Pleyel est fondée en France en 1807 par Ignace Pleyel. C’était l'une des plus anciennes manufactures de pianos françaises. La marque Pleyel est connue pour avoir mis son savoir-faire au service de nombreux artistes parmi lesquels Frédéric Chopin, Camille Saint-Saëns, Maurice Ravel, Igor Stravinsky et Manuel de Falla. En 1853 Auguste Wolff s’associe à Camille Pleyel. L’entreprise se nomme alors Pleyel Wolf Lyon & Cie. Wolff est un facteur de pianos d’exception et contribuera au développement de l’entreprise. Il est à l’origine de nombreuses innovations. Lui-même issu d’une famille de musiciens, il oriente l’entreprise sur une stratégie de fabrication de pianos réputés à la fois pour leur sonorité et leur élégance. En 1865, Wolff construit à Saint-Denis une grande usine dotée de machines mécanisées qui produit jusqu’à 2 500 pianos en 1887. Dès 1883, Gustave Lyon, gendre de Wolff, reprend les rênes de la manufacture Pleyel. Il est distingué du grand prix d’honneur lors de l’Exposition universelle de Paris en 1889, pendant laquelle est exposé un clavecin construit pour l'occasion. Dès 1925, Lyon lance le chantier de construction de la salle Pleyel, rue du faubourg Saint-Honoré, à Paris. Mais la grande crise de 1929 est fatale au groupe Pleyel : les pianos Pleyel déposent le bilan en 1933, et la salle est reprise par son banquier, le Crédit lyonnais, en 1934. À la mort de Gustave Lyon, les pianos Pleyel et la salle Pleyel sont donc séparés. La marque fusionne avec Erard et gaveau en 1965, est louée à Schimmel de 1970 à 1990, est rachetée et reprend une petite production à Alès sans grand succès. S’en suit une série de difficultés, malgré une dernière restructuration avec ateliers moderne à Saint Denis, qui amènent à la fermeture définitive en 2013.



    Pleyel

    France

    La manufacture de pianos Pleyel est fondée en France en 1807 par Ignace Pleyel. C’était l'une des plus anciennes manufactures de pianos françaises. La marque Pleyel est connue pour avoir mis son savoir-faire au service de nombreux artistes parmi lesquels Frédéric Chopin, Camille Saint-Saëns, Maurice Ravel, Igor Stravinsky et Manuel de Falla. En 1853 Auguste Wolff s’associe à Camille Pleyel. L’entreprise se nomme alors Pleyel Wolf Lyon & Cie. Wolff est un facteur de pianos d’exception et contribuera au développement de l’entreprise. Il est à l’origine de nombreuses innovations. Lui-même issu d’une famille de musiciens, il oriente l’entreprise sur une stratégie de fabrication de pianos réputés à la fois pour leur sonorité et leur élégance. En 1865, Wolff construit à Saint-Denis une grande usine dotée de machines mécanisées qui produit jusqu’à 2 500 pianos en 1887. Dès 1883, Gustave Lyon, gendre de Wolff, reprend les rênes de la manufacture Pleyel. Il est distingué du grand prix d’honneur lors de l’Exposition universelle de Paris en 1889, pendant laquelle est exposé un clavecin construit pour l'occasion. Dès 1925, Lyon lance le chantier de construction de la salle Pleyel, rue du faubourg Saint-Honoré, à Paris. Mais la grande crise de 1929 est fatale au groupe Pleyel : les pianos Pleyel déposent le bilan en 1933, et la salle est reprise par son banquier, le Crédit lyonnais, en 1934. À la mort de Gustave Lyon, les pianos Pleyel et la salle Pleyel sont donc séparés. La marque fusionne avec Erard et gaveau en 1965, est louée à Schimmel de 1970 à 1990, est rachetée et reprend une petite production à Alès sans grand succès. S’en suit une série de difficultés, malgré une dernière restructuration avec ateliers moderne à Saint Denis, qui amènent à la fermeture définitive en 2013.