• Accueil
  • Pianos Balleron
  • L'atelier
  • Sylvie Fouanon
  • L'équipe
  • L'histoire
  • Balleron Japon
  • EPV
  • Expertise de piano
  • Héritage
  • L'histoire du Piano à travers le temps
  • Les Grandes Manufactures de Pianos
  • Prestations
  • Accord du piano
  • Harmonisation
  • Réglage du piano
  • Restauration
  • Conservation
  • Ébénisterie
  • Expertise privée
  • Export
  • Devis
  • Pianos
  • Pianos restaurés
  • Pianos à vendre
  • Collection Balleron
  • Galerie
  • Actualités
  • Presse
  • Contact
  • Faq
  • Lexique
  • Pianos droit à cadre en bois

    Lexique sur le piano

    Pianos droit à cadre en bois (1860-1920)

    Le piano droit à cadre en bois (1860-1920) est un instrument aujourd'hui obsolète dans sa construction puisqu'il ne possède pas de cadre en fonte mais en bois ou parfois quelques barres de renfort en métal. C'est pourquoi très souvent ils ne sont pas accordables au diapason (La440Hz) en leur état actuel. Les cordes sont obliques ou droites au lieu d'être croisées. Ils sont équipés de la mécanique de l'époque équipée de tiges de métal (baïonnettes) qui actionnent les étouffoirs placés au dessus des cordes. Avec ce système d'étouffoirs, l'étouffement ne donne jamais satisfaction et les pianos de cette époque sont souvent appelés "pianos chanteurs" car le son "traîne" après l'étouffement. Sa mécanique est bruyante et peu précise avec seulement 85 notes (La-La).

    Pianos droit à cadre en bois (1860-1920)

    Le piano droit à cadre en bois (1860-1920) est un instrument aujourd'hui obsolète dans sa construction puisqu'il ne possède pas de cadre en fonte mais en bois ou parfois quelques barres de renfort en métal. C'est pourquoi très souvent ils ne sont pas accordables au diapason (La440Hz) en leur état actuel. Les cordes sont obliques ou droites au lieu d'être croisées. Ils sont équipés de la mécanique de l'époque équipée de tiges de métal (baïonnettes) qui actionnent les étouffoirs placés au dessus des cordes. Avec ce système d'étouffoirs, l'étouffement ne donne jamais satisfaction et les pianos de cette époque sont souvent appelés "pianos chanteurs" car le son "traîne" après l'étouffement. Sa mécanique est bruyante et peu précise avec seulement 85 notes (La-La).