• Accueil
  • Pianos Balleron
  • L'atelier
  • Sylvie Fouanon
  • L'équipe
  • L'histoire
  • Balleron Japon
  • EPV
  • Expertise de piano
  • Héritage
  • L'histoire du Piano à travers le temps
  • Les Grandes Manufactures de Pianos
  • Prestations
  • Accord du piano
  • Harmonisation
  • Réglage du piano
  • Restauration
  • Conservation
  • Ébénisterie
  • Expertise privée
  • Export
  • Devis
  • Pianos
  • Pianos restaurés
  • Pianos à vendre
  • Collection Balleron
  • Galerie
  • Actualités
  • Presse
  • Contact
  • Faq
  • Lexique
  • Pianos Gaveau

    Les Grandes Marques

    Gaveau

    Paris, France

    Joseph Gabriel GAVEAU est né en 1824 à Romorantin entre Loir et Cher.

    Il crée son atelier à Paris, rue des vinaigriers, en 1847 après avoir été apprenti dans plusieurs ateliers parisien. Dès ses débuts, il s'attache à fabriquer de bons pianos droits solides en imitant la construction Erard tout en travaillant à l'évolution de la mécanique du piano droit notamment sur l'angle de l'échappement. Il crée une mécanique selon ses spécificités que l'on appellera bientôt "la mécanique Gaveau".

    La renommée grandissante de ses pianos lui permet de construire une petite usine, rue Sevran, ou il emploie déjà 200 ouvriers vers 1890 et produit 1500 unités par an.

    En 1893, fatigué par ses 70 années il laisse la gestion de son entreprise à ses fils Gabriel Eugène et Etienne. La firme devient la "Société GAVEAU". Dès 1896 ils développent la marque en ouvrant une nouvelle usine plus moderne tout près de Paris à Fontenay sous bois qui emploie 300 ouvriers pour produire 2000 unités. C'est dans cette usine que vont être formés la plupart des ouvriers qualifiés à Paris. Etienne Gaveau s'occupe de l'administration et installe le siège social de la société en plein Paris, rue de la Boétie, pour y créer en 1908 une grande salle de concert pouvant promouvoir la qualité de ses pianos : la fameuse "Salle GAVEAU".

    La renommée de la maison GAVEAU doit beaucoup aux concerts judicieusement organisés par Etienne dans sa salle de concert moderne pour l'époque. Les plus grands artistes sont invités à jouer les instruments de la marque surtout ses fameux pianos de concerts.

    Le petit 1/4 de queue "modèle 1", très connu à Paris, concurrence nettement les pianos Pleyel et Erard dans les appartements parisiens. Les marqueteries en soleil et l'élégance de la caisse ajoutent à la publicité grandissante de la marque.

    En 1911, les frères se fâchent et Gabriel fonde sa propre unité de fabrication dans laquelle il peut assouvir ses idées nouvelles dans la facture des pianos à queue. Il crée son propre style en fabricant des petits pianos quart de queue avec des ébénisteries travaillées avec des bois précieux.

    Vers 1930, une sous marque est crée: M.A.G. (Marcel et André Gaveau) qui produit des petits pianos droits solides et pas chers.

    La guerre éclate en 1939 alors que la société vient de produire son 95000ème piano

    Etienne meurt en 1943, ses fils Marcel et André continuent malgré les difficultés.

    En 1960, la firme fusionne avec Erard pour s'appeler "Société Gaveau-Erard" puis vient Pleyel également en déroute sous la marque "LES GRANDES MARQUES REUNIES" mais 1965 c’est la liquidation et la fermeture définitive de ses usines.

    Gaveau

    Paris, France

    Joseph Gabriel GAVEAU est né en 1824 à Romorantin entre Loir et Cher.

    Il crée son atelier à Paris, rue des vinaigriers, en 1847 après avoir été apprenti dans plusieurs ateliers parisien. Dès ses débuts, il s'attache à fabriquer de bons pianos droits solides en imitant la construction Erard tout en travaillant à l'évolution de la mécanique du piano droit notamment sur l'angle de l'échappement. Il crée une mécanique selon ses spécificités que l'on appellera bientôt "la mécanique Gaveau".

    La renommée grandissante de ses pianos lui permet de construire une petite usine, rue Sevran, ou il emploie déjà 200 ouvriers vers 1890 et produit 1500 unités par an.

    En 1893, fatigué par ses 70 années il laisse la gestion de son entreprise à ses fils Gabriel Eugène et Etienne. La firme devient la "Société GAVEAU". Dès 1896 ils développent la marque en ouvrant une nouvelle usine plus moderne tout près de Paris à Fontenay sous bois qui emploie 300 ouvriers pour produire 2000 unités. C'est dans cette usine que vont être formés la plupart des ouvriers qualifiés à Paris. Etienne Gaveau s'occupe de l'administration et installe le siège social de la société en plein Paris, rue de la Boétie, pour y créer en 1908 une grande salle de concert pouvant promouvoir la qualité de ses pianos : la fameuse "Salle GAVEAU".

    La renommée de la maison GAVEAU doit beaucoup aux concerts judicieusement organisés par Etienne dans sa salle de concert moderne pour l'époque. Les plus grands artistes sont invités à jouer les instruments de la marque surtout ses fameux pianos de concerts.

    Le petit 1/4 de queue "modèle 1", très connu à Paris, concurrence nettement les pianos Pleyel et Erard dans les appartements parisiens. Les marqueteries en soleil et l'élégance de la caisse ajoutent à la publicité grandissante de la marque.

    En 1911, les frères se fâchent et Gabriel fonde sa propre unité de fabrication dans laquelle il peut assouvir ses idées nouvelles dans la facture des pianos à queue. Il crée son propre style en fabricant des petits pianos quart de queue avec des ébénisteries travaillées avec des bois précieux.

    Vers 1930, une sous marque est crée: M.A.G. (Marcel et André Gaveau) qui produit des petits pianos droits solides et pas chers.

    La guerre éclate en 1939 alors que la société vient de produire son 95000ème piano

    Etienne meurt en 1943, ses fils Marcel et André continuent malgré les difficultés.

    En 1960, la firme fusionne avec Erard pour s'appeler "Société Gaveau-Erard" puis vient Pleyel également en déroute sous la marque "LES GRANDES MARQUES REUNIES" mais 1965 c’est la liquidation et la fermeture définitive de ses usines.